• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Archives pour novembre 2010


123

CYBERCOMMUNICATION

*
- 44 -

*

0a8.gif - Enfin,
la formation des individus deviendra de plus en plus personnalisée.
Les moyens pour apprendre-s’informer se multiplient : libéralisation des comportements, mise à disposition directe de données, cybercommunication planétaire…
Revers de la médaille :
ne jamais oublier que les réseaux mondialistes de ces nouvelles informations peuvent s’aérer une boite de Pandore dangereuse.
Quelque soit l’engouement actuel, le réveil peut-être cruel pour les Démocraties, diverses Cultures, la Civilisation Européenne….
A-t-on pensé à l’impact, sur les prochaines générations de citoyens, complètement dé-vertébrés :
* du culte de la jeunesse pétrie de tous les droits oubliant les devoirs,
* de familles souvent sciemment cassées par la précarisation financière et les moeurs à la mode
* des décideurs corrompus,
(impunis)…
* de l’explosion d’idées-concepts-conseils principalement mercantiles, souvent pervers, véhiculés sans contrôle par une poignée d’agitateurs ou manipulateurs professionnels…
ETC.

*

Copyright

*

GANGRENE

*
- 43 -

*

0a8.gif- Aujourd’hui, souvent nous sommes bien loin des motivations de ces maîtres. La gangrène économiste pourrit tout.
Le système éducatif produit des consommateurs toujours insatisfaits.
Pas des citoyens.
Mais l’Education ce n’est pas que les écoles. La transmission des connaissances théoriques-techniques dont elles ont la charge.
L’Éducation a toujours revêtu plusieurs formes.
L’une familiale, ancestrale…de nature privée.
L’autre obligatoire, légale…de nature publique.
Sans oublier le vécu de chacun…personnalisant les acquis.
INDISPENSABLE
de fournir aux familles des moyens par la reconnaissance de leur rôle.
De permettre à chaque citoyen, tout au long de sa vie, de se recycler ou s’auto-former.
Le système éducatif doit s’ouvrir aux secteurs de productions.
Il s’agit d’éveiller les jeunes aux métiers concrets. Répondant aux besoins réels des citoyens. De permettre une adaptation permanente à ceux-ci par une formation continuelle.
Ainsi l’éraditcation du chômage se réalisera. Perdurera.
Important aussi de renouveler les cultures d’entreprises.
GRAVE qu’uniquement 35% des futurs travailleurs souhaitent s’investir dans le secteur privé.
CRIMINEL
que les sociétés capitalistes détournent du secteur productif, délaissé à cause de contrats précaires et sous-payés, les employés…qu’elles bradent, puis abandonnent…pour aller exploiter d’autres ressources humaines pas encore protégées par des lois.

*

Copyright

*

NAPOLEON

*
- 42 -

*

0a8.gifVodka se leva pour se resservir, afin que son ami Olivier puisse aussi se rafraîchir. Les journalistes se demandaient à quoi rimait ce jeu ? Pilon devait être de mauvaise humeur…Olivier reposa la carafe d’eau et poursuivit son monologue.

- Napoléon.
C’est ce nouvel empereur des français, travailleur impénitent, qui donna un premier coup d’accélérateur à l’Éducation.
Ce grand organisateur de l’État, entre autres réalisations comme le Code Civil ou les Départements, créa les LYCÉES.
Subventionnés par le pays. Destinés à un enseignement général plus poussé pour les fils de notables. Scolarité non obligatoire. Enseignement non-unifié sur le plan national car laissé à la volonté des départements.
Les écoles primaires pour  tous continuant d’être entretenues par les communes au gré des possibilités de leur municipalité.
Il créa aussi une UNIVERSITÉ impériale.

La III République s’engouffra dans cette trace.
Elle glorifia les enseignants : Hussards de la République !
Elle étoffa les Lois et réforma les programmes ; le but était : écouter, comprendre, apprendre, critiquer et appliquer une synthèse humaniste tout au long d’une vie d’apprentissage.
Surtout elle rendit l’école OBLIGATOIRE.

Stencil bailla discrètement sous le sourire de La Pucelle détournant son visage de Pilon.

*

Copyright

*

EDUCATION

*
- 41 -

*

0a8.gifOlivier but une gorgée. Continua.

- En Gaule.
Vers 150 avant Jésus-Christ, seuls les druides donnaient un enseignement, exclusivement oral, pendant vingt ans, aux enfants des riches. Il s’agissait de forger leur mémoire.
Les Romains.
Occupants, ils interdire le druidisme, mais ils permirent l’éducation des fils de « bonne famille ». La même que celle donnée à leurs enfants.  Il ne s’agissait pas de nourrir l’esprit mais de les gaver de philosophie afin, dans la sévérité et la rigueur, de développer leur éloquence. Les filles étaient formées aux taches ménagères, au chant, la danse.
Charlemagne.
Des siècles plus tard, en 789, notre Empereur à la barbe fleurie officialisa l’éducation, pour les enfants, surtout ceux des membres du Palais.
S’écoulèrent des siècles de lente évolution de l’éducation, grâce aux moines. Les clercs ecclésiastiques étaient les plus et mieux instruits.

L’auditoire écouté silencieusement…tout en sirotant leur apéritif…sous le regard attentif du Chef.

*

Copyright

*

OLIVIER

*
- 40 -

*

0a8.gifEnfin Olivier se racla la gorge. Déclara.

- L’éducation est un Droit Universel fondamental. Inaliénable.
Évidence qui prend encore plus de force dans notre pays, chantre de la Fraternité universelle. Démocratie. Pouvoir du peuple, exercé en son nom. Pour le bien de tous et chacun.
Platon en faisait la priorité d’où découlait le choix des Élites qui organiseraient la Cité.
Artisans qui produiraient les biens nécessaires à tous.
Soldats qui défendraient la Civilisation.
Mais les dirigeants devaient être obligatoirement vertueux pour conduire la République. Désintéressés. Consacrer uniquement leur vie à la bonne marche des Cités. L’évolution des citoyens.
Connaître permet de choisir : LIBERTÉ
Choisir permet d’avancer par les autres : ÉGALITÉ.
Avancer parmi les autres permet, avec formation-travail, que tous les hommes trouvent leur rôle et s’épanouissent.
Ainsi le partage, écono-culturel, engendre la véritable progression humaine : FRATERNITÉ.
Seul but de toute Civilisation.

*

Copyright

*

PROBLEMATIQUE

*
- 39 -

*

0a8.gif- Qui commence ?
N’vous bousculez pas tous au portillon ! Bon. Syjavé, tire à pile ou face le début par la gauche ou la droite de notre arc de dégonflés.

L’amicale chaleur de la voix grognarde rassurait les corvétistes.

- A toi l’honneur Olivier.
Après du passeras la soupière à ton voisin et ainsi de suite.

Chacun tira un carton. Un sujet problématique.
Le premier intervenant, chroniqueur confirmé pour toutes les questions judiciaires, plongeant sa main, avait tiré-lu « Éducation ».
Son souhait d’échange avec le bénéficiaire de ce secteur refusé, il glissa lentement le rectangle dans sa poche.

S’installa un profond silence dubitatif.
Personne n’osait regarder son collègue.
Les flammes, serpentant dans la cheminée, semblaient retenir l’attention de tous…
Seraient-ce les langues du feu de la connaissance ?
Descendues sur Terre pour illuminer la conscience d’une nouvelle génération de missionnaires…
Une Pentecôte journalistique ?…

*

Copyright

*

APERITIF

*
- 38 -
*

0a8.gifBécassine, La Pucelle, Stencil, Vodka, Poulbot, Olivier, Moise et Sabina se regardèrent abasourdis.
Syjavéssu éclata de rire. S’employa à remettre à chacun la première assiette débordant d’amuse-gueule.
Pilon exhorta chacun à s’approcher des magnifiques bûches de chêne, crépitant comme fouet de cocher, en servant le rituel Kir.

- Bon voyage. Deux heures de repos. Vous êtes donc aptes à démontrer à notre ami, qui fut un grand reporter avant sa blessure à Beyrouth et restera un fin analyste, que la relève est assurée. Satisfaisante…

- Râlez pas. Demain journée bateau…chuchota Syjavéssu.

Nouvelle qui circula, de toux en messe basse, amenant la sérénité dans le groupe.
Verres trinqués. Bolée avalée. Chacun se servit l’apéritif de son choix, avant de s’installer dans les sièges confortables, au gré des affinités…
Près d’un copain. Sur l’un des canapés. Seul dans un fauteuil. Au plus près de l’être fascinant…

*

Copyright

*

RETRAITE

*
- 37 -
*

0a8.gif Face à trois canapés et quatre fauteuils trônait une imposant cheminée flamboyante.
Appuyé sur le mur-cloison adjacent, une longue table, nappée avec une rustique toile blanche, présentait multitudes de mets froids, fromages, pâtisseries. Un sympathique service en grès de Bretagne s’imposait au centre entouré d’apéritifs et de bons crus.

- Eh bien ! Asseyez-vous ! Bon trajet ?

Pilon arrivait, accompagné du nouveau retraité ému.

- Les discours de circonstances sont au vestiaire, reprit le directeur.
Sujavéssu a terminé hier son temps officiel. Son sacerdoce. Il sait qu’il sera toujours le bienvenu. Il fait toujours partie de l’équipe à titre honoraire.
Je vous ai réunis pour deux jours de convivialité scellant cette approche.
Notre doyen devient notre retraité. Notre sage.
S’il est dorénavant dispensé de se torturer l’esprit en vue de nos prochains mensuels, nos pages lui seront toujours ouvertes.
A ce-propos, les projets  remis hier ne sont pas dignes de notre revue. Pas assez pertinents. Ni innovant. Trop de pensée unique.
Ce n’est pas encore l’époque des marronniers !
Aussi je vous propose de tout revoir.
Pour rénover vos pensées, en ce début de séjour, un jeu.
J’ai  écrit les sujets que je désire voir traités sur des cartons.
Chacun en piochera un dans cette soupière.

*

Copyright

*


123

Auteur:

candide434

Bienvenue à vous

Blog consacré à mes écrits
- Roman
- Propositions
- Nouvelles
- Billets etc

Puissiez-vous sentir ces liens invisibles qui nous relient tous dans ce monde de solitude-précarité...et avoir envie de participer à changer la direction prise ...

Catégories

Sondage

CAPITALISME ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
  • Album : Dessins
    <b>dscf3027.jpg</b> <br />

VERITE

Ceux qui cherchent le droit chemin de la vérité
ne doivent s'occuper d'aucun objet dont ils ne puissent avoir une certitude égale à celle des démonstrations de l'arithmétique et de la géométrie.
René Descartes

LIBERTE

Un homme libre
qui vit suivant le seul commandement de la raison
n'est pas dirigé par la crainte de la mort
mais désire ce qui est bon directement.
Sa sagesse est une méditation de la vie.
Spinoza

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

REGARD

Que l'importance soit
dans ton regard
non dans la chose regardée.

André GIDE

SAVOIR

Il ne faut pas
juger les hommes
par ce qu'ils ignorent
mais par ce qu'ils savent
et par la manière
dont ils le savent.

VAUVENARGUES

BON SENS

Ce n'est pas
à la Raison
mais au Bon Sens
qu'il eût falu jadis
élever un temple.
Beaucoup d'hommes
sont doués de raison,
très peu de bon sens.

Gustave LE BON


Président Conseil Economiqu... |
rcdtubirets |
rogerbardelaye |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de la France en Li...
| DEMOCRATIE MUSULMANE
| AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ...